Le Projet Pilote:

«Likilimba du Riz»

(2013-2014)

Le "Likilimba du Riz" en 4 points 

 

En Juin 2013 Mazao ONGD a lancé un programme nommé « Likilimba du Riz » qui as comme objectif final la création d’une « filière sociale du riz » dans le District du Tanganyika. 

 

1.Mazao a établis une entreprise sociale (non-profit) comme pôle de transformation et commercialisation dans la ville de Kalemie et a créé un réseau d`achat du riz paddy produits par 600 familles paysannes de 6 diffèrent villages du District. L’usine est gérée par une équipe professionnelle locale (de 10 employés) qui effectue la transformation du riz paddy en riz brun et blanc. Le riz décortiqué est vendu au gros aux femmes détaillants de la ville de Kalemie en stabilisant les prix pendant tout l’année pour la population.

 

2.Des formations sur les techniques de post-récolte ont été effectuées avec les cultivateurs de Magenge, Kamangu, Mahelo et Kasenge en utilisant la méthodologie participative (PRA).

 

3.Un projet pilote de production et formation a été lancé dans la vallée de Magenge en utilisant la méthode SRI (Système de Riziculture Intensive). Le champ expérimentale a produit 8 tonnes/h.

 

4.Des activités d’empowerment ont été menés avec tous le diffèrent groupes d’acteurs de la filière pour faciliter la communication transversal entre eux.

 

Mazao ONGD a développé une formule innovatrice de développement agroalimentaire du village à la ville.

 

Toutes les revenues de l’usine de transformation sont réinvesti pour soutenir les dépencés du projet et ainsi permettre la durabilité du programme et de son impact de façon indéterminé.

 

Mazao a développé une forte expérience à travers ce projet pilote dans le domaine de la riziculture, pour ce qui regarde les villages producteurs, la filière, l’économie locale des marchés, les opportunités et les contraintes pour finalement développé une version en grade échelle du programme « Likilimba du Riz ».

Valorisation et commercialisation du riz 

Le riz produit actuellement dans le Katanga n’est pas effectivement bien traité (faute de moyen pour approvisionner des bonnes décortiqueuses et autres machines d'élaboration du riz après récolte) raison pour laquelle la plupart de fois il est dévalorisé sur le marché par rapport au riz importé.
Le but du projet est de donner la vraie valeur au riz local et de le relancer sur les marchés locaux comme aliment de base de qualité et aliment nutritif pour une habitude alimentaire plus variée.

En outre, le riz est vendu à un prix qui donne la possibilité même aux familles les plus pauvres d’en acheter.
Pour atteindre ces objectifs Mazao a créé un entreprise sociale de decortication et un dépôt convenable pour la conservation du riz où les femmes dettaillants viennent acheter le riz au gros à un prix abordable tous au long de l'année. 

Mazao a aussi créé un bon packaging (les sac Mazao "Mutchele Bora ya Kalemie") en divisant les différentes typologies de riz et produit collatéral sortant du processus (riz brune, riz blanc, riz cassé, peaux de riz, farine de riz…). La Valorisation de chaque partie de la graine en utilisant totalement le produit récolté fait partie du processus en cohérence avec les principes environnementaux que Mazao promue.

Likilimba agricole et techniques d’empowerment communautaire 

Dans les village partenaire, l’équipe Mazao propose des activités de développement communautaire, de renforcement de la cohésion sociale et de création de groupes de travail auto-structurés et autonomes.
Dans un contexte où les paysans ont souvent abandonné l’habitude traditionnelle de l’entraide au cours des moments clés des différentes étapes de la culture du riz (faire la pépinière, repiquage, sarclage, récolte), une organisation meilleure et participative, tout comme un système d’échange de travail (1 jour de travail au champs du voisin, en échange d’un jour de travail dans son propre champs par le voisin) peut leur donner la possibilité de multiplier les résultats et de mieux se répartir l’effort. L'action de «système d'échange de travail» dans le domaine de l'agriculture et l'entraide sous forme de fond rotatif en communauté sont des pratiques qui existe dans la culture traditionnelle Congolaise même si dans beaucoup de cas elles ont changés ou disparus.
En outre, Mazao organise des activités de cartographie participative en s’appuyant sur des méthodes d’empowerment  communautaire. Les activités proposées amènent à la création, de la part des bénéficiaires mêmes, de plans visuels du territoire où sont mis en évidence les éléments clés qui composent la communauté d’appartenance. Les plans permettent une meilleure auto-photographie de la communauté bénéficiaire, une meilleure compréhension des exigences et donc une meilleure organisation du système d’entraide (likilimba).

 



Cycle de formation pour les paysans: Formations Post-récolte et SRI

Mazao ONGD envisage des formations techniques de post-récolte et l'initiation au méthode SRI (Système de Riziculture Intensif) pour les paysans à travers une méthodologie mixte (observation, mise en pratique, sessions de groupe, expérimentation, activité participative, etc.); les participants sont formés non seulement en tant qu’agriculteurs experts, mais aussi en tant que futurs acteurs de leur propre communauté à travers l’ apprentissage de la gestion des groupes et d’organisation paysanne.

Ils pourront donc devenir les agents multiplicateurs du processus lancé par Mazao, en gardant toujours en mémoire cependant, l’importance de conserver des structures basées sur de petits groupes de qualités plutôt que sur l’expansion à grande échelle.
Durant la formation, les paysants apprendent aussi à construire leurs propres instruments de travail, à utiliser totalement les restes de l’agriculture, et à conserver les aliments. Mazao est particulièrement attentive à la recherche de solutions locales aux besoins émergeants durant le travail et la vie quotidienne. Par exemple dans le domaine agricole, la construction des propres outils de travail, améliorés et réalisés à partir de matériaux qui peuvent être trouvés localement, est préférable à l’importation d’instruments électroniques, justement afin d’éviter la dépendance à une technologie qui ne peut être reproduite localement et qui resterait donc toujours liée à des aides externes.
En plus, dans tous les projets, Mazao ONGD encourage la participation actif socio-culturel de l'individus dans sa communauté et l’analyse de sa propre réalité.